Retourner à la page d'accueil



COMMUNE D'OLLIERGUES
 
   La commune d'Olliergues est la commune du Syndicat de la Faye avec le plus grand nombre d'abonnés. Elle représente à elle seule près d'un cinquième des abonnés du Syndicat. De ce fait, elle représente également près de 20 % du volume d'eau total consommé sur le territoire du Syndicat. Olliergues est donc une des communes les plus importantes du groupement intercommunal.

   La commune d'Olliergues est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Un peu d'histoire :

   Les habitants d'Olliergues se nomment les Ollierguois.

   Olliergues est l'un des plus anciens villages d'Auvergne. Le bourg de la commune est situé dans un ancien méandre de la Dore, d'où sa configuration circulaire, et au pied d'une butte sur laquelle se trouve un château dont les origines remontent au Moyen-Âge. À la fin du Xe siècle, Olliergues et Meymont formaient une seule et même seigneurie et lorsqu'Agnon d'Olliergues effectua le partage entre ses deux filles, Olliergues passa dans la famille des La Tour d'Auvergne, elle y resta jusqu'à la Révolution.

   Si Olliergues devint relativement tôt paroisse, son église et le cimetière se situaient à l'extérieur du bourg, à la Chabasse, l'actuelle église paroissiale étant la chapelle du château.

   Dès le XIIIe siècle, et plus exactement dès 1252, l'octroi d'une charte de franchises aux habitants marqua la volonté de permettre le développement du bourg. Ainsi Olliergues devint un centre à vocation marchande, orienté essentiellement vers le commerce des toiles. Outre un marché hebdomadaire, 4 grandes foires, temps de rencontres entre les négociants et les paysans-tisserands, se tenaient à Olliergues autour de la halle dans le quartier du Pavé. Autour de ce commerce et en parallèle, se développèrent également des fouloirs, des blanchisseries et des tanneries le long de la Dore. De cette époque prospère, il nous reste quelques témoins architecturaux, comme la maison dite des marchands (XVe), l'hôtel de la Brosse (XVe-XVIe) et quelques bâtisses de la rue des Agneaux. On retrouve également des maisons du XVe et du XVIe siècle avec leurs étages en encorbellement dans le quartier du Pavé. On peut d'ailleurs admirer une très jolie perspective depuis le haut de la rue du Pavé, très escarpée (on l'appelle d'ailleurs le "toboggan"!).

   Originellement artisanale, l'activité textile devint, au XIXe, industrielle et plusieurs fabriques virent le jour dans la vallée, entre Olliergues et Vertolaye. La disparition des artisans entraîna celle des négociants et le déclin du commerce s'amorça. Durant le XXe, la petite industrie se montra dynamique. Outre le textile, la bonneterie, le tissage de la paille et la papeterie, Olliergues accueillit quelques ateliers liés à la coutellerie telle la fabrication de tondeuses qui rendirent le nom d'Olliergues familier à de nombreux coiffeurs de France. L'exode rural et les crises pétrolières eurent raison de nombre de ces activités, léguant à l'abandon un superbe patrimoine qui ne demande qu'à revivre. Avis aux amateurs! Le pays d'Olliergues est aussi une région de vieux métiers, comme les papetiers de Giroux. On peut d'ailleurs visiter un petit musée dans le château d'Olliergues qui fut, à une époque, la propriété d'un certain Henri de la Tour d'Auvergne, de son vrai nom le maréchal Turenne!

    Le soir, on peut profiter d'un beau point de vue en hauteur sur le village depuis la D259 vers Tours-sur-Meymont.

   La commune d'Olliergues a vu naître le sculpteur français Henri Gourgouillon le 16 janvier 1858 (mort à Clermont-Ferrand le 3 mars 1902). Il reçut dès 13 ans un enseignement artistique à l'atelier du sculpteur clermontois Henry Monbur. Il devient professeur de dessin et de modelage à l'école départemental d'architecture de Volvic à partir de 1884 et à l'école des arts et métier de Clermont-Ferrand. Il est également sociétaire des artistes français. On lui doit notamment la façade du théâtre de Clermont-Ferrand, la statue du pape Urbain II, place de la victoire à Clermont-Ferrand (1898), la sculpture du Génie de la Liberté à Riom ainsi que le monument de la guerre de 1870 et la décoration de l'escalier de la cour d'appel de cette ville.
 
 
Caractéristiques de la commune
 
  Superficie
16,41 km2
 
 
Altitudes

moyenne : 432 m
minimale : 382 m
maximale : 663 m
 
  Population municipale
744 (source INSEE 2015)
 
  Densité
45 hab./km2
 
  Arrondissement
Ambert
 
  Canton
Les Monts du Livradois
 
  Maire
Arnaud PROVENCHERE
 
 
Intercommunalité

 
 
Nombre d'habitants
desservis par le réseau du
S.I.A.E.P. de la Faye

744
 
 
Nombre d'abonnés
au S.I.A.E.P. de la Faye
en 2017

621
 
 
Pourcentage
du nombre total d'abonnés au S.I.A.E.P. de la Faye en 2017

18,4 %
 
  Consommation en 2017
44 228 m3
 
 
Pourcentage de la
consommation totale en 2017
sur le S.I.A.E.P. de la Faye

17,5 %
 
 
Ouvrages
du S.I.A.E.P. de la Faye
sur la commune

réservoir de Beaufrias
réservoir de la Bourboulhouse
réservoir d'Olliergues
réservoir du Mas
réservoir de Giroux-Gare
 
  Représentants
au sein du
Conseil Syndical
Arnaud PROVENCHERE (délégué titulaire)
Mireille PEUDEVIN (déléguée titulaire)
Yves MURE (délégué suppléant)
 
 
Coordonnées
de la
commune
Place de l'Hôtel de Ville
63880 OLLIERGUES
Tél : 04.73.95.50.26
Fax : 04.73.95.55.91
E-mail : mairie.olliergues@orange.fr
Site internet : http://www.olliergues.fr/
 
 
Lieux habituels
de prélèvements
pour les analyses
des services de l'A.R.S.

bourg d'Olliergues
village de Narbonne
 
 
 
Dernières analyses réalisées
 
   
 
Photographies de la commune
 

Le blason d'Olliergues
Agrandir l'image
Vue depuis l'entrée Nord
Agrandir l'image
Le bourg d'Olliergues
 
Agrandir l'image
Le pont médiéval de 1612
Agrandir l'image
Autre vue du bourg
Agrandir l'image
Vue aérienne du château
 

 

© 2018 - Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau Potable de La Faye - 6 rue de l'église - 63930 AUGEROLLES
Tél : 04.73.53.56.53 - Fax : 04.73.53.54.04 - E-mail : siaep.faye@free.fr