Retourner à la page d'accueil



AUTRES OUVRAGES
   les autres équipements importants du réseau
 
   Outre les captages et les réservoirs, tout réseau d'alimentation en eau potable doit comporter pour bien fonctionner des ouvrages spécifiques qui doivent répondre aux problèmes posés par l'environnement où se trouve ce réseau. Il peut s'agir de postes de chloration, de stations de pompage ou de relevage, de brise-pressions ou bien de regards de jonction.

   Le secteur où se trouve le réseau du S.I.A.E.P. de La Faye étant très vallonné, il n'y a pas besoin de stations de pompage ou de relevage. Au contraire, les pentes sont tellement fortes dans les Monts du Forez qu'il faut réduire la pression qu'acquiert l'eau dans les canalisations à l'aide de brise-pressions. De même, l'eau que distribue le S.I.A.E.P. de La Faye n'étant pas traité, il n'y a pas besoin de disposer des postes de chloration tout au long du réseau. En revanche, les sources captées étant nombreuses, il faut utiliser des regards de jonction pour rassembler toute l'eau recueillie pour ensuite l'envoyer vers les réservoirs.

   Vous découvrirez sur cette page la fonction de ces deux ouvrages
 
 

LES BRISE-PRESSIONS

   Les brise-pressions sont des ouvrages importants qui servent à réduire la pression que l'eau gagne avec la pente suivie par les canalisations. Plus l'eau vient de haut et plus sa pression est grande.

   Par exemple, si un captage se situe à 1 000 m d'altitude et que le réservoir dans lequel se déverse l'eau recueillie par ce captage se situe à 400 m d'altitude, l'eau arrivera dans ce réservoir avec une pression de 60 bars (ou 60 kg/cm2) car la pression augmente d'un bar tous les 10 m de dénivelé. Cette pression est beaucoup trop forte pour les canalisations et les branchements d'eau en plastique et même en fonte. Elle provoquerai des casses et des fuites à répétition. Pour éviter ces inconvénients, les brise-pressions ont été installés sur le réseau de distribution régulièrement afin que la pression de l'eau ne dépasse jamais les 20 bars. Vous pouvez retrouver plus d'informations sur ce sujet à la page dic'eau au mot pression.

   Certains de ces ouvrages ont également permis d'alimenter des hameaux très éloignés du réseau principal. Dans ces cas là, les ouvrages ont une plus grande capacité de stockage comme par exemple le brise-pression de Vialle-Vieille et sa réserve de 20 m3.

 
Brise-pression de Vialle-Vieille

Brise-pression de Vialle-Vielle vu de l'extérieur
   Pour réduire la pression, ces ouvrages sont équipés d'un appareil hydraulique appelé régulateur de pression. Ce dernier est composé d'un gros ressort, d'une membrane et d'un piston. L'eau qui arrive dans le brise-pression passe d'abord par le régulateur de pression avant de remplir la réserve ou le bac de décantation. Au passage du régulateur de pression, l'eau va appuyer sur la membrane qui va elle-même appuyer sur le ressort. Le ressort se comprime, comme la suspension d'une voiture au passage d'une bosse, et ferme le piston. Plus la pression de l'eau en amont est forte et plus le piston se ferme, l'eau est en quelque sorte "freinée" par le réducteur de pression. L'intensité de la force exercée sur l'eau par le ressort est ajustable à l'aide d'une vis de réglage. Le régulateur a la particularité d'abaisser la pression suivant la pression de l'eau située en aval. Si celle-ci diminue, le ressort se détend, abaisse le piston et laisse passer plus d'eau. Le schéma suivant vous montre le principe de fonctionnement d'un réducteur de pression :
Principe de fonctionnement d'un régulateur de pression

Schéma de fonctionnement d'un régulateur de pression
photographie de celui se trouvant dans le réservoir de Piboulet
   Si vous désirez plus de renseignements sur le principe de fonctionnement d'un régulateur de pression, vous trouverez une animation à la page dic'eau au mot pression.

   Un autre appareil de robinetterie permet de stopper l'eau et est utilisé à la fois dans les brise-pressions et dans les réservoirs, il s'agit du robinet altimétrique. Contrairement au régulateur de pression aval, le robinet altimétrique se ferme et arrête l'eau suivant ce qui se passe en aval. Ainsi, il permet d'interrompre l'arrivée d'eau lorsqu'un réservoir est plein. Sur le même principe que le régulateur de pression, c'est la pression de l'eau sur la membrane qui va faire varier la tension du ressort qui va lui même ouvrir ou fermer le piston. La différence vient du fait que la pression qui fait vibrer la membrane est dépendante uniquement de la hauteur d'eau dans le réservoir. Quand le réservoir est plein, la pression sur la membrane est à son maximum, le robinet est alors fermé, l'eau n'arrive plus dans le réservoir. Lorsque la hauteur d'eau dans la réserve baisse, la pression sur la membrane diminue et le robinet s'ouvre pour remplr à nouveau la réserve. Un tel appareil hydraulique est utilisé dans le brise-pression de Vialle-Vieille par exemple. Le schéma suivant vous montre comment est constitué un robinet altimétrique :
 
Principe de fonctionnement d'un robinet altimétrique

Schéma de fonctionnement d'un robinet altimétrique
Modèle LAURAM (Ramus Industrie)
Pour mieux comprendre le fonctionnement d'un robinet altimétrique, vous pouvez visualiser une animation en cliquant sur l'icône suivante :

Lancer l'animation
 
   La pression de l'eau est certe très utile pour les usagers dans leurs tâches quotidiennes, mais en excés, elle peut avoir des conséquences désastreuses sur l'intégrité du réseau et des canalisations. C'est pour éviter tout risque de casse ou de fuite que le S.I.A.E.P. de La Faye utilise quatre brise-pressions sur son réseau ainsi que de nombreux régulateurs de pression et robinets altimétriques.
 
 

LES REGARDS DE JONCTION

   Les regards de jonction sont utilisés quand plusieurs captages sont proches les uns des autres et qu'il faut réunir toutes les eaux captées pour ensuite les envoyer vers un réservoir. Sur le réseau du S.I.A.E.P. de La Faye, c'est le cas pour les captages du secteur de Puy-Gros qui sont au nombre de cinq et dont les eaux sont récupérées par le regard de jonction de Puy-Gros. C'est également le cas pour les captages situés au Nord-Est du Syndicat dans le secteur de Ferrouillat et des Fanges qui sont au nombre de 4 et dont les eaux sont récupérées par le regard de jonction des Fanges. Ces deux ouvrages, d'un fonctionnement très simple, ont plusieurs conduites d'arrivée d'eau et plusieurs conduites de départ comme le montre la photographie suivante :

Regard de jonction de Puy-Gros et ses conduites d'arrivée et de départ

Regard de jonction de Puy-Gros : l'eau des 5 captages arrive par 3 conduites et repart par 2 autres canalisations
   Ces ouvrages sont proches des captages. Ils sont donc à une altitude élevée, 1 350 m pour le regard de jonction de Puy-Gros et 1 075 m pour le regard de jonction des Fanges. Les regards de jonction constituent, pour le réseau de distribution d'eau potable du S.I.A.E.P. de La Faye, de véritables têtes du réseau. C'est par ces deux ouvrages que passe toute l'eau qui va alimenter le réseau principal et ses 3 500 habitants. Aprés ces deux ouvrages, l'eau va passer par des brise-pressions et des réservoirs avant d'arriver au robinet du consommateur.

   Lorsqu'il y a trop d'eau dans le réseau d'alimentation, c'est à dire lorsque la production des captages est supérieure à la consommation des abonnés, et que tous les réservoirs sont pleins, c'est par ces deux regards de jonction que l'eau en surplus va ressortir. En effet, tous les ouvrages situés en aval de ces deux regards de jonction sont équipés de robinets à flotteur qui arrêtent l'eau quand l'ouvrage est plein. La photographie suivante vous montre ce qu'est un robinet à flotteur.
Robinet à flotteur du réservoir du Chalard

Robinet à flotteur du réservoir du Chalard : plus le flotteur monte avec le niveau de la réserve, plus le robinet ferme l'arrivée d'eau
 
   Par effet de cascade, quand tous les ouvrages sont pleins et que tous les robinets à flotteur sont fermés, l'eau arrête de s'écouler et déborde en amont du réseau, c'est à dire au niveau de son sommet constitué par les regards de jonction de Puy-Gros et des Fanges. Ainsi, l'eau en surplus est directement renvoyée à l'endroit même où elle est captée, ce qui réduit l'impact des captages sur les ressources naturelles. C'est pour cette raison que les regards de jonction sont très importants pour le fonctionnement du réseau de distribution d'eau potable du S.I.A.E.P. de La Faye.
 
 

   Voici la liste des 4 brise-pressions et des 6 regards de jonction présents sur le réseau d'alimentation en eau potable du S.I.A.E.P. de La Faye. Ils sont tous situés sur la commune du Brugeron. Vous pouvez cliquer sur leur nom pour consulter leur fiche signalétique.

Les brise-pressions :                                            

01 - Brise-pression du Bien
02 - Brise-pression des Echelettes
03 - Brise-pression de Ferrouillat
04 - Brise-pression de Vialle-Vieille

Les regards de jonction :
01 - Regard de jonction des Fanges
02 - Regard de jonction de Puy-Gros
03 - Regard de jonction de La Faye n°1
04 - Regard de jonction de La Faye n°2
05 - Regard de jonction de La Faye n°3
06 - Regard de jonction de La Faye n°4

 

© 2020 - Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau Potable de La Faye - 6 rue de l'église - 63930 AUGEROLLES
Tél : 04.73.53.56.53 - Fax : 04.73.53.54.04 - E-mail : siaep.faye@free.fr