Retourner à la page d'accueil



RESERVOIRS
   les ouvrages qui permettent de stocker l'eau
 
   Les réservoirs sont, avec les captages, les ouvrages essentiels du réseau d'alimentation en eau potable du S.I.A.E.P. de La Faye. Ils permettent non seulement de stocker l'eau, mais également de réduire la pression que l'eau acquiert à l'intérieur des canalisations au gré des pentes et des dénivellations des terrains qu'elles parcourent. Les réservoirs sont aussi les régulateurs entre la production des captages et la distribution vers les abonnés. Ainsi, ils vont anticiper les variations de la consommation en se vidant dans la journée, période des plus fortes consommations, et en se remplissant durant la nuit.

   Sur le S.I.A.E.P. de La Faye, les réservoirs sont tous dits semi-enterrés par opposition aux châteaux d'eau qui sont ni plus ni moins que des réservoirs placés en hauteur sur des tours afin de mettre l'eau sous pression dans les canalisations de distribution. Ici, il n'y a pas besoin de telles constructions car le paysage valloné du Livradois-Forez avec ses nombreuses pentes permet d'avoir des pressions d'eau suffisantes dans les canalisations. Au contraire, dans certaines conduites, la pression est telle qu'il faut installer des réducteurs de pression ou des ouvrages spécifiques comme les brise-pressions afin de réduire la force qu'exerce l'eau dans les tuyaux.

   L'ensemble des réservoirs du S.I.A.E.P. de La Faye permettent de stocker près de 3 640 m3 d'eau potable et distribuent plus de 800 m3 d'eau par jour en moyenne.

   Comme les captages, les réservoirs semi-enterrés sont construits en béton. Leur capacité de stockage dépend du nombre d'habitants, d'industriels et d'agriculteurs qu'ils doivent alimenter. Le dimensionnement d'un réservoir est un procédé complexe car il doit prendre en compte l'évolution de la population et ses habitudes de consommation, et prendre en compte le fait que l'eau ne doit pas stagner dans le réservoir plus de 24 heures. C'est pour toutes ces raisons que les réservoirs sont en général sur-dimensionnés.
 
Réservoirs du Brugeron et de l'Arbre l'un à côté de l'autre

Réservoirs du Brugeron et de l'Arbre l'un à côté de l'autre
 
   Les réservoirs semi-enterrés sont toujours construits sur des points hauts au-dessus des habitations à desservir en eau ceci afin d'avoir de la pression dans les tuyaux. On compte environ une pression de 1 bar (ou 1kg/cm2) pour une hauteur d'eau de 10 mètres. Ce qui signifie qu'une maison située 30 mètres plus bas que le réservoir qui l'alimente aura une eau à 3 bars de pression au niveau de ses robinets.

   Tous les réservoirs semi-enterrés sont à peu près constitués des mêmes éléments qui sont :

   1 - une chambre de visite : appelée également chambre sèche ou chambre de vannes, c'est la partie du réservoir où les agents peuvent venir faire des prélèvements d'eau, contrôler les compteurs généraux ou inspecter le niveau du réservoir. Pour des raisons d'hygiène et de sécurité, il est impératif de rester dans cette partie du réservoir pour ne pas contaminer l'eau stockée. La chambre de visite contient tous les appareils hydrauliques nécessaires au bon fonctionnement du réservoir à savoir le compteur d'eau, les vannes de sectionnement, la ventouse automatique, le réducteur de pression, etc. La vidange de la réserve se fait également au niveau de la chambre de visite dans un puisard prévu à cet effet. Ce puisard permet aussi d'évacuer l'eau nécessaire au nettoyage de la chambre de visite. C'est aussi dans la chambre de visite qu'arrive et parte les conduites d'arrivée et de départ d'eau. C'est également en haut de la chambre de visite que se trouvent les aérations permettant d'assécher l'air du réservoir et d'éviter ainsi la condensation sur les murs.
 
Chambre de visite du réservoir du Bouy

Chambre de visite du réservoir du Bouy : vannes, compteur, ventouse, boîte à boues, réducteur de pression et conduites d'arrivée et de départ
 
   2 - une conduite d'arrivée d'eau : cette conduite provient soit d'un captage, on dit alors qu'il s'agit d'une conduite d'adduction d'eau, soit d'un autre réservoir. Elle est généralement d'un plus gros diamètre que la conduite de départ d'eau et monte jusqu'au sommet de la réserve pour l'alimenter en eau. Dans un réservoir, la réserve est toujours remplie par le haut, l'eau tombe dans le réservoir. Cette canalisation est facile à reconnaître car elle est le plus souvent equipée d'une boîte à boue, d'un réducteur de pression et d'une vanne de sectionnement. Il n'y a généralement pas de compteur sur la conduite d'arrivée d'eau. Il peut y avoir plusieurs conduites d'arrivée d'eau dans un réservoir.

   3 - une conduite de départ d'eau : l'eau part en distribution par cette conduite. Contrairement à la conduite d'arrivée d'eau qui monte au sommet de la réserve, la conduite de départ d'eau part du fond de la réserve. Elle est toujours équipée d'un compteur divisionnaire afin de connaître la consommation des abonnés. La plupart du temps, elle est également équipée d'une ventouse automatique pour faire échapper l'air emprisonné dans la canalisation. Elle est évidemment équipée d'une vanne de sectionnement pour interrompre la distribution d'eau en cas de problème. A noter qu'il existe une conduite, appelée conduite de by-pass, entre la conduite d'arrivée et la conduite de départ d'eau, équipée généralement de deux vannes et d'un réducteur de pression, qui permet d'alimenter la conduite de départ d'eau par la conduite d'arrivée sans passer par la réserve, ce qui est très utile lors du nettoyage de la réserve pour vider cette dernière sans interrompre la distribution d'eau. Il peut y avoir plusieurs conduites de départ d'eau dans un réservoir suivant les besoins.

   4 - un compteur : il y a systématiquement un compteur divisionnaire (appelé également compteur général ou compteur de sectorisation) sur la conduite de départ d'eau pour connaître la consommation des abonnés. Avec les techniques actuelles, ce compteur est généralement équipé de la télégestion ce qui permet d'en lire l'index depuis un ordinateur situé dans les locaux administratifs. En revanche, il n'y a pas obligatoirement un compteur sur la canalisation d'arrivée d'eau.

   5 - plusieurs vannes : ces vannes permettent d'interrompre l'arrivée de l'eau dans le réservoir ou le départ de l'eau en distribution. S'il y a une conduite de by-pass, d'autres vannes s'ajoutent pour ouvrir ou fermer le by-pass. En général, on ajoute également des vannes de part et d'autre des appareils hydrauliques. Enfin, il y a une vanne permettant de vidanger le réservoir située au-dessus du puisard.

   6 - une boîte à boue : ou filtre horizontal, cet appreil hydraulique est utilisé dans le cas où l'eau d'arrivée provient d'un captage (on parle alors d'adduction d'eau). Il s'agit en fait d'un filtre en inox dans un corps en fonte. La boîte à boue est toujours placée avant le compteur divisionnaire et les appareils de régulation ou de pompage. Elle permet de retenir d'éventuels débris qui seraient restés dans l'eau captée et ainsi de protéger le compteur situé en aval d'elle. Il s'agit d'un dégrillage sommaire de l'eau. La cartouche filtrante de la boîte à boue doit être régulièrement nettoyée. Le schéma suivant vous explique comment est construit une boîte à boue :
 

Principe de fonctionnement d'une boîte à boue

Principe de fonctionnement d'une boîte à boue
Modèle : FILTRAM CM (Ramus Industrie)

 
   7 - un régulateur de pression : en arrivant dans le réservoir, l'eau peut provenir soit d'un captage soit d'un autre réservoir situé plusieurs dizaines de mètres au-dessus de l'ouvrage. Cette eau acquiert donc une pression telle qu'elle peut endommager les différents appareils hydrauliques comme les compteurs ou les boîtes à boue. Il faut donc pour cela atténuer la "force" de l'eau en réduisant sa pression. Pour cela, un régulateur de pression (appelé aussi réducteur ou stabilisateur de pression) est composé d'une membrane et d'un gros ressort qui vont "appuyer" sur l'eau pour la freiner. Ce genre d'appareil est réglable et permet de maîtriser la pression de l'eau en amont et en aval du réducteur de pression. Pour plus de renseignements sur cet appareil, vous pouvez consulter la page dic'eau, au mot pression, ou la page consacrée aux autres ouvrages.

   8 - une ventouse automatique : on est amené parfois à vider une canalisation lors d'une fuite par exemple. Ceci a pour conséquence de faire pénétrer de l'air dans la conduite. Cet air n'a qu'un seul choix pour s'échapper de la canalisation : remonter jusqu'à son extrémité. Mais il arrive que la conduite comporte sur son trajet des points hauts et des points bas comme dans une montagne russe, l'air reste alors bloqué dans les points hauts et ne peut plus s'échapper de la canalisation. La solution est d'installer une ventouse automatique au niveau de tous les points hauts ce qui va permettre à l'air de s'évacuer naturellement. On dit qu'il dégaze. Cet appreil est constitué principalement d'une bille, qui joue le rôle de flotteur, et d'un trou pour l'échappement de l'air. Lorsque la conduite est pleine d'eau, la bille est plaquée contre le trou par l'eau. Dès qu'une bulle d'air arrive dans la ventouse, la bille retombe et laisse s'échapper l'air par le trou puis l'eau revient plaquer la bille contre le trou. C'est donc pour cela que des ventouses automatiques sont installées sur les conduites de départ d'eau dans les réservoirs, elles servent à évacuer l'air contenu dans la canalisation de distribution, le réservoir constituant le point haut de la conduite. Les schémas suivants vous montrent comment fonctionnent les ventouses automatiques :
 
Principe de fonctionnement des ventouses automatiques

Principe de fonctionnement des ventouses automatiques
2 modèles : SIMFON et TRIFON (Ramus Industrie)
 
Pour mieux comprendre le fonctionnement d'une ventouse automatique, vous pouvez visualiser une animation en cliquant sur l'icône suivante :

Lancer l'animation
 
   9 - une réserve d'eau : que serait un réservoir sans sa réserve! La réserve est l'autre partie du réservoir bien distincte de la chambre de visite, c'est elle qui contient l'eau. Cette dernière arrive par le haut de la réserve, apportée par la conduite d'arrivée. Elle passe par un robinet fermé par un flotteur. Au fond de la réserve se trouve la vidange et la canalisation de départ en distribution dont l'extrémité est équipée d'une crépine. La majorité des réservoirs de plus de 100 m3 de capacité sont équipés d'une cheminée d'aération à leur sommet afin d'éviter tout phénomène de condensation.

   10 - une aération : pour éviter la condensation de l'eau sur les parois du réservoir, ce qui aurait pour conséquence la dégradation du béton, les réservoirs sont équipés d'aération. Ils sont d'abord équipés de grilles d'aération situées en haut de la chambre de visite. Ces trous dans les murs sont protégés par des grilles moustiquaires à mailles très fines pour éviter la pénétration des petits insectes. Enfin, les plus gros réservoirs sont dotés d'une cheminée d'aération au sommet de leur réserve afin d'assécher l'air ambiant de l'ouvrage.

   11 - un accés : soit par un capot en fonte pour les plus petits réservoirs, soit par une porte métallique pour les plus grands ouvrages. Ces deux éléments doivent être étanchéifiés par des joints pour inviter toute intrusion d'insectes.

   12 - une vidange : pour nettoyer le réservoir et sa réserve il faut au préalable vider le contenu de l'ouvrage. Pour cela, une vanne située dans la chambre de visite et au pied de la réserve permet de vider cette dernière. Comme un siphon au fond d'un évier, un trou au fond de la réserve permet d'évacuer cette eau. Le sol de la réserve est fait de telle manière que l'eau s'écoule naturellement vers cette vidange.

   13 - un trop-plein : il peut arriver que le réservoir déborde lorsque ce dernier reçoit plus d'eau qu'il n'en distribue ou que le robinet de fermeture ne soit pas assez obturé. Pour éviter que l'eau ne passe par dessus le mur de la réserve et ne se retrouve dans la chambre de visite, l'ouvrage est muni d'un trop-plein. Il s'agit d'un tuyau en fonte d'assez large section qui longe la paroi interne de la réserve. La hauteur de ce tuyau est légèrement inférieur de quelques centimètres à la hauteur de la réserve ce qui fait que lorsque l'eau monte trop haut dans l'ouvrage elle tombe par surverse dans le tuyau de trop-plein. L'eau est ensuite dégagée par le puisard de la chambre de visite et évacuée en dehors du captage.

   14 - une crépine : la crépine se fixe à l'entrée de la canalisation qui part de la réserve pour alimenter les consommateurs. Elle s'installe à l'intérieur de la réserve. Il s'agit d'une pièce en plastique, parfois en aluminium, qui a pour but d'arrêter d'éventuels débris, comme des brindilles par exemple, avant qu'ils n'entrent dans la canalisation. La crépine est une sorte de gros filtre qui effectue un dégrillage sommaire sur l'eau.

   15 - un robinet et un flotteur de fermeture : à quoi sert de stocker de l'eau dont on a pas besoin? Lorsque le réservoir est plein, l'eau transportée par la conduite d'arrivée continue à couler dans la réserve et part à l'extérieur de l'ouvrage par le tuyau de trop-plein. Pour éviter un tel gâchis et pour essayer de ponctionner le moins possible les ressources naturelles, un robinet équipé d'un flotteur permet d'interrompre l'arrivée de l'eau dans le cas où le réservoir est plein. Pour être plus exact, ce système se ferme au fur et à mesure que le niveau de l'eau s'élève dans la réserve. Plus le niveau de l'eau est élévé et plus le débit de la canalisation d'arrivée est réduit par le robinet. Voilà à quoi ressemble ce procédé :
 
Robinet et flotteur du réservoir du Bouy

Réservoir du Bouy : arrivée de l'eau dans la réserve, robinet, flotteur
et trop-plein
 
Le flotteur suit le niveau de l'eau dans la réserve. Au fur et à mesure qu'il sélève, il obture le robinet qui arrête l'arrivée d'eau dans le réservoir. Lorsque la consommation d'eau reprend (par la conduite de départ située au fond du réservoir), le niveau de l'eau baisse, le flotteur descend ce qui entraîne l'ouverture du robinet. En réalité, la circulation de l'eau est constante dans un réservoir. Elle arrive par le sommet et repart par le fond en permanence. Le flotteur monte et descend constamment.

   16 - un clapet anti-retour en sortie de vidange : toujours pour empêcher l'intrusion d'insectes ou de petits animaux dans le réservoir, la sortie de la vidange située à l'extérieur du réservoir doit être équipée d'un clapet anti-retour muni d'un joint en caoutchouc. Cette sortie permet d'évacuer l'eau du réservoir lorsque celui-ci est vidangé ou lorsque l'eau déborde par le trop-plein ou lorsque l'on nettoie la chambre de visite et que l'eau s'évacue par le puisard. Fortement recommandés par les services de la D.D.A.S.S., ces petits clapets sont malheureusement difficiles à trouver dans le commerce.

   Le schéma suivant vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement d'un réservoir et de ses différents éléments :
Agrandir le schéma du réservoir

Schéma de fonctionnement d'un réservoir
 
 
   Voici la liste complète des 27 réservoirs du réseau de distribution d'eau potable du Syndicat de la Faye. Ces derniers sont classés suivant la commune où ils se situent. Vous pouvez cliquer sur leur nom pour consulter leur fiche signalétique.

Sur la commune du Brugeron :

01 - Réservoir de l'Arbre
02 - Réservoir du Brugeron
03 - Réservoir du Chalard

Sur la commune de la Renaudie :

04 - Réservoir du Garret
 
Sur la commune d'Augerolles :    

05 - Réservoir de Giroux-Vieux
06 - Réservoir du Trévy
07 - Réservoir de La Roche
08 - Réservoir de La Croix Rouge
09 - Réservoir du Poyet Haut
10 - Réservoir des Saignes

Sur la commune de Saint-Gervais-sous-Meymont :  

11 - Réservoir du Bouy

Sur la commune de Sauviat :

12 - Réservoir de Piboulet
13 - Réservoir de Lastioulas

Sur la commune d'Aubusson d'Auvergne :

14 - Réservoir d'Aubusson d'Auvergne

Sur la commune d'Olmet :

15 - Réservoir de Chamaly
16 - Réservoir de Mauzun

Sur la commune d'Olliergues :

17 - Réservoir de Beaufrias
18 - Réservoir de la Bourboulhouse
19 - Réservoir d'Olliergues
20 - Réservoir du Mas
21 - Réservoir de Giroux-Gare

Sur la commune de Courpière :

22 - Réservoir de Roddias
23 - Réservoir de Paris-les-Bois

Sur la commune de la Chapelle-Agnon :

24 - Réservoir de Lafont
25 - Réservoir du Fraisse

Sur la commune de Saint-Amant-Roche-Savine :

26 - Réservoir de La Fayolle
27 - Réservoir du bourg de Saint-Amant-Roche-Savines

 

© 2020 - Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau Potable de La Faye - 6 rue de l'église - 63930 AUGEROLLES
Tél : 04.73.53.56.53 - Fax : 04.73.53.54.04 - E-mail : siaep.faye@free.fr